La première fois que j'ai entendu la neuvième chanson de Futari, je me suis dit "Miwako ne s'est pas foulée". En effet, il semble s'agir d'une version acoustique de la première chanson, Aozora no hate. Pourtant, après quelques écoutes, je me suis rendu compte que les paroles n'étaient pas les mêmes. Mais sans les comprendre, cela ressemblait quand même beaucoup à une version acoustique d'Aozora no hate. Cela suffisait à en faire une superbe chanson, où Miwako déploie des trésors de sensibilité et de grâce, portée par un piano et une guitare acoustique enchanteurs...

Ce n'est qu'en découvrant les paroles que j'ai compris le réel potentiel de la chanson. Il s'agit en fait de la suite d'Aozora no hate... Voilà pourquoi cette dernière chanson ne se terminait pas brusquement, l'histoire n'était pas finie... Souvenez vous, nous avions laissé la jeune fille de 16 ans desepérée après sa tentative de suicide. Nous la retrouvons dans un groupe de personnes habillées du même uniforme. J'imagine qu'il s'agit d'un groupe de jeunes en difficultés. Ils doivent grimper une colline. Mais la jeune fille ne veut pas, elle ne voit pas le bout du ciel bleu, la fin du désespoir... Jusqu'à ce qu'elle rencontre cette personne qui croit en elle, qui est prêt à l'aider. Elle lui demande de l'aider à monter la colline, elle abandonne celle qu'elle était avec l'aide de cette personne...

La chanson s'intitule zetsubou no hate, ce qui signifie la fin du désespoir...

C'est donc la première chanson réellement optimiste de l'album et cela fait un bien fou. L'idée de raconter dans deux chansons différentes le développement de l'histoire et son dénouement rend chacune des chansons exceptionnelles. Encore une fois, il n'est pas difficile de rattacher les émotions interprétées par Miwako à sa propre histoire. Chacun de ses souffles apporte son lot de souvenirs, de regrets, de rêves, d'espoirs...

09. 絶望の果て (zetsubou no hate)

(la fin du desespoir)

Romaji by cori, traduction française par moi (Disarm)

kon no eri ni sanbonsen no SE-RA- fuku to kuroi RO-FA-
kono aozora no hate ni aru no wa zetsubou dake
minna onaji seifuku wo kite sakamichi nobotteku
sakura no tsubomi hirakikaketeta asa no hikari no naka

Uniforme de marin avec trois bandes bleu marine sur le col et chaussures cirées
Il n’y avait que du désespoir au bout du ciel bleu
Tout le monde porte le même uniforme et monte la colline
Dans la lumière du matin quand les bourgeons de cerisiers commencent à fleurir.

hontou wa sakamichi wo kakeoritakatta
watashi no ibasho doko ni mo nakatta kara
anata ni anata ni deau made wa

La vérité, c’est que je voulais descendre de la colline
Je n’ai nulle part où aller…
Jusqu’à ce que je te rencontre...

aozora no hate made te wo hanasanaide
issho ni sakamichi wo nobotte kuremasu ka?
ano sora no shita ni okizari ni shiteru
16(juuroku) no watashi

Ne lâche pas ma main avant la fin du ciel bleu
Grimperas-tu la colline avec moi?
J’abandonne la jeune fille de 16 ans (moi) sous ce ciel…