mink___Prologue_cover

mink - The Prologue Album
Part I / Part II

2005.08.03

1. Glory of Life ~栄光の花~ (Eikou no Hana)
2. おまじない (Omajinai)
3. beautiful
4. more than words
5. with you
6. All my Life
7. 手紙 ~あなたへ~ (Tegami ~Anata e~)
8. I Can't Tell You Why ~言い出せなくて~ (Iidase Nakute)
9. as it's
10. Don't You Worry 'Bout a Thing
11. すき (Suki)
12. Glory of Life (English Version)

mink a débuté sa carrière de façon assez atypique, par un album entier, sans avoir sorti auparavant de singles. Composé de 12 chansons, The Prologue Album contient 4 reprises.
J’ai beaucoup de mal avec l’intro de Glory of Life. Cette petite mélodie celtique faite par ordinateur ne me plait pas tellement. Pourquoi ne pas avoir utilisé des vrais instruments? Mais en dehors de ça, cette ballade poids lourd est un classique du genre. Pas vraiment d’originalité, mais une composition efficace, de jolis chœurs, et cette voix… mink démontre ici toute l’étendue de son talent, avec de superbe envolées, mais aussi ces couplets murmurés, sans oublier le superbe pont chanté. La fin de la chanson, avec les chœurs un peu africains est très jolie. Le bonus tient dans la courte durée de la chanson, qui empêche la répétitivité. Une réussite.
Très éloignée de Glory of Life, Omajinai restera sans nul doute la meilleure chanson de mink. Tout y est incroyablement parfait, qu’il s’agisse de la mélodie au piano, de l’arrière fond synthétique, des couplets sublimes précédents des refrains exceptionnels à plusieurs voix. N’oublions pas le pont à la guitare acoustique placé après le premier refrain. Avec cette chanson, mink réalise son chef d’œuvre, et montre qu’elle n’a définitivement pas besoin d’utiliser toute sa puissance de chant pour être une formidable chanteuse. Et c’est assez rare pour être signalé, mais la vidéo de cette chanson est au moins aussi belle.
Beautiful sonne (volontairement) très synthétique. C’est une chanson très lente, où mink ne pousse que rarement sa voix. Je suis sûr que la fin est superbe, mais je n’ai jamais réussi à rester éveillé jusque là…
More than Words est la première reprise de l’album. Je suis progressivement tombé amoureux de cette chanson toute en anglais. Je ne sais pas dans quelle mesure la chanson a été réorchestrée, mais donner autant d’importance aux différentes percussions est une idée de génie. Le tout donne une petite impression brésilienne bien agréable. Dommage que le fond synthétique (ou en tout cas sonnant comme tel) fasse un peu soupe. L’interprétation de mink est superbe, notamment sur les superbes refrains. Une fois de plus, elle ne pousse pas sa voix, et fait passer beaucoup d’émotion. Une surprise nous attend à la fin. Le rythme s’accélère, tout part en freestyle, même mink, qui semble s’être réincarnée en Fukko tant leurs voix se ressemblent sur certains mots. Sublime !
With You est la chanson la plus rythmée de l’album. C’est une jolie chanson pop, avec des couplets assez calmes et légèrement RnB, mais un refrain plutôt rapide. Une chanson très sympathique et pleine de bonne humeur.
All my Life se laisse écouter, mais sans originalité, elle n’accroche pas l’oreille et ne fait passer aucune émotion particulière.
J’ai du m’endormir une fois de plus pendant Tegami ~Anata e~. Tout ce dont je me souviennes, c’est d’une composition extrêmement classique, malgré un petit coté jazzy intéressant pendant les couplets… Rien d’intéressant.
Deuxième reprise de l’album, I can’t Tell You Why commence par une intro inquiétante, un peu blues, un peu jazzy, avec le son de la pluie et un appel téléphonique qui sonne occupé. Les cuivres apparaissent dès le début, et on les retrouvera pendant les refrains qui sont un peu répétitifs, puisque mink se contente d’y répéter I can’t Tell You Why. Les couplets sont par contre vraiment intéressants. mink excelle en anglais, chantant sans accent. Une excellente chanson au final, sortant des sentiers battus après deux chansons peu intéressantes.
As it’s est une chanson au rythme tellement lent qu’on a l’impression que même mink va s’endormir. Dominée par le piano, elle dure 6 longues minutes qui en paraisse le triple et ne dégage pas grand chose. Voire rien. A oublier.
Don’t You Worry Bout a Thing est comme les autres reprises de l’album une très bonne chanson. L’instrumentalisation est soignée, jazzy, et le chant de mink s’adapte très bien. La chanson finit par un long et très sympathique solo de trompette.
Suki est la dernière reprise de l’album et la seule d’un groupe japonais, Dreams Come True (les « protecteurs » de LOVE). C’est aussi celle que j’aime le moins, parce qu’elle se rapproche des morceaux que je n’apprécie pas sur cet album. Lente, peu originale, elle se laisse écouter, mais c’est tout. Les refrains ne sont pas assez marqués.
mink fait souvent des versions anglaises de ses chansons. Voici donc la version anglaise de Glory of Life. Moi, je ne fais pas vraiment de distinction entre les deux, les ayant découvertes en même temps, mais j’imagine que celui habitué à l’une ou l’autre version la préférera à celle qu’il aura découvert sur le tard.

Au final, un Prologue album plutôt intéressant. Ne m’intéressant au départ qu’à mink de loin, je ne pensais pas qu’elle avait un univers aussi varié dès le départ. Omajinai est vraiment le chef d’œuvre de l’album. Le gros souci à mon avis est que les chansons les moins intéressantes sont les compositions originales, les reprises remontant quand même énormément le niveau de l’album et étant mes morceaux préférés (en dehors d’Omajinai bien sûr). On sait aujourd’hui que mink est loin d’être une chanteuse de reprises, mais cet album laissait pas mal de questions en suspens quand aux possibilités de carrière de mink… Restait quand même sa voix magnifique qui à elle seule vaut l’écoute de (presque) toutes les chansons de l’album…