La onzième chanson de Futari est un véritable chef d'oeuvre dont la musique vous berce et vous relaxe, pendant que les paroles vous glacent le sang et font monter vos larmes...

En effet, sans comprendre les paroles, Buranko ni yurete est une ballade toute douce, une berceuse toute en sensibilité.  Elle commence à la guitare acoustique, rejointe par une flûte, puis par des percussions toutes douces. Entrent dans la danse un violon, des gouttes d'eau et même un sifflement. A la fin, Miwako est même accompagnée d'une boîte à musique. Bref une très belle chanson, reposante, où Miwako fait des merveilles sans avoir besoin de forcer sur sa voix.

A la lecture des paroles, on tombe de haut. Qui aurait pu imaginer un tel thème sur une chanson aussi douce? Les paroles racontent en effet des tentatives de suicides que Miwako chante à la première personne. D'abord en se tranchant les veines, puis en avalant des médicaments dans l'océan pour se noyer. Le contraste en la douceur de la musique et les paroles est glaçant. De même le fait que les actions soient racontées comme s'il s'agissait d'actes de la vie de tous les jours est assez dérangeant...

Cette chanson était le face B du single Aozora no hate... Il s'agissait donc d'un single à thème, pusique les deux chansons évoquent le suicide...

11.

ブランコに揺れて

(BURANKO ni yurete)

(En se balançant)

Romaji by cori, traduction française par moi (Disarm)

dare mo inai 11(juuichi)gatsu no kouen de
BURANKO ni yurete
mukidashi no yoru no naka
tsukiakari de watashi no kage ga yureta
watashi wa me wo tojite yureta

En novembre, je me balançais sur la balançoire
Dans un parc vide
Dans la nuit noire,
Mon ombre vacillait à cause de la lumière de la lune
J’ai fermé les yeux et je me suis balancée…

POKETTO ni wa kamisori
tekubi wo kitta
BURANKO ni yurarenagara
ittari kitari
yurari yura yura yurari

Avec le rasoir que j’avais dans ma poche,
J’ai fendu mes poignets
Tout en me balançant, d’avant en arrière,
D’arrière en avant, d’avant en arrière,
D’arrière en avant…

ikite iru no? shinde iru no?
ikite itai no? shinitai no?
yurari yura yurari
yura yura yurari
yurari yura yurari...

Suis-je vivante, suis-je morte?
Est-ce que je veux vivre, Est-ce que je veux mourir?
D’arrière en avant, d’avant en arrière,
D’avant en arrière, d’arrière en avant…
D’arrière en avant, d’avant en arrière...

dare mo inai 3(san)gatsu no umi de
nami ni ashi wo hitashite
mukidashi no yoru no naka
nami ni watashi no kage ga nomikomareta
watashi wa me wo tojite yureta

En mars, j’ai trempé mes pieds dans l’océan
Au sein de la nuit noire,
Mon ombre est avalée par les vagues
J’ai fermé les yeux et je me suis balancée…

POKETTO ni wa kusuri
kamikudaita
nami ni ashi wo hitashinagara
yosete wa kaesu
yurari yura yura yurari

J’ai mâché les médicaments
Que j’avais dans ma poche,
Tout en trempant mes pieds dans les vagues
Qui ne cessaient de revenir
D’avant en arrière, d’arrière en avant,
D’arrière en avant, d’avant en arrière...